Partagez cet article...

Les arboriculteurs de la haute vallée de la Bruche ont tenu leurs assises statutaires, samedi après-midi, dans la salle de réunion de leur atelier, en présence de Laurent Furst, député de Molsheim.

Dans son rapport moral, le président, Alain Humbert, a dressé le bilan de l’année écoulée. « Pour nous, 2017 a été une année moyenne avec 70 000 litres de jus fabriqués. Les gelées printanières tardives ont privé de nombreux récoltants d’une importante partie de matière première. Néanmoins, l’année a été féconde en investissements : acquisition de la nouvelle aseptiseuse et de l’imprimante pour l’embouteillage, sans oublier les travaux au verger et à l’atelier. »

Pour le trésorier, Paul Fischer, le compte d’exploitation se solde par un léger déficit, couvert par les fonds de réserve. Les différents rapports ont été adoptés à l’unanimité, ainsi que le renouvellement du conseil d’administration. L’association aimerait faire l’acquisition d’une laveuse de bouteilles, estimée à 120 000 €. Mais cela nécessite le reconditionnement et la vente de l’ancienne laveuse (30 000 €) et la souscription d’un emprunt de 20 000 € sur cinq ans. Les 43 membres présents ont donné l’aval au comité directeur pour cette acquisition sous conditions. Au verger, la pose d’une clôture le long de la Bruche est nécessaire pour éviter l’intrusion des sangliers. Différents cours de formation assurés par les moniteurs de la fédération figurent au calendrier : taille, greffe, plantation, etc. Les dates seront publiées ultérieurement.

Pas d’augmentation des cotisations en 2018. La carte de membre est exigée pour tous les utilisateurs des services de l’atelier. « Des rumeurs circulent à propos des taxes sur la distillation et l’alcool. Je vous donnerai de plus amples informations lors de l’assemblée générale », a annoncé Alain Burkhard, président du syndicat.

(DNA-BS du 07.02.2018)