Partagez cet article...

D’ici peu, la Commune de La Broque se verra attribuer son premier label, à savoir «Commune Nature», suivi d’une à trois libellules. Cette distinction récompense les localités qui s’engagent à diminuer, voire à supprimer l’emploi des pesticides et des herbicides.

Le contexte :

Petit rappel, depuis le premier janvier 2017, l’utilisation de produits phytosanitaires (pesticides et désherbants toxiques) dans l’entretien des espaces verts des collectivités est prohibée par la loi. Or, d’ici 2019, cette interdiction sera élargie aux particuliers (eh oui !). D’ailleurs, vous aurez déjà remarqué la mise sous clés de ces « vilains » produits, dont le fameux Roundup, pour le plus connu d’entre eux, dans les enseignes de jardinage et de bricolage.

Depuis 2011, la Région Alsace et l’Agence de l’Eau Rhin-Meuse (en charge de la protection des ressources en eau et des milieux aquatiques du bassin Rhin Meuse) avaient déjà anticipé ce virage écologique en accompagnant les collectivités qui souhaitaient s’impliquer dans cette voie. Cette prise d’engagement se traduit par l’attribution du fameux label à libellules : une libellule pour un engagement, deux pour une réduction de 70 % des produits phytosanitaires et trois pour le « zéro pesticide ».

À La Broque, comment s’est prise la décision d’en finir avec les produits phytosanitaires ?

Face à la prise de conscience environnementale générale et la hausse des prix des produits phytosanitaires, la décision de s’engager dans cette démarche s’est prise en 2015.
Plutôt que de faire appel à des prestataires extérieurs, la municipalité a décidé d’investir sur :
– deux de ses agents et un stagiaire qu’il a fallu sensibiliser et former au désherbage au gaz ;
– réaliser un plan de désherbage annuel de l’ensemble des voiries, écoles, bâtiments et lieux publics, des cimetières et des massifs ;
– investir dans du matériel de désherbage mécanique (vapeur, brosse métallique ou à gaz, manuel) ;
– mettre en place un paillage dans les massifs et poser un gazon synthétique, rue de la Gare.

Bref, plus d’huile de coude, plus de temps, le mécontentement de quelques-uns, c’est le prix à payer dans cette décision de préserver la santé de nos amies les abeilles et arrêter de contribuer à la pollution des cours d’eau et des nappes phréatiques.

Qu’est-ce que ce changement implique au quotidien ?

La nature reprend rapidement ses droits et le « zéro phyto » ne signifie pas zéro efficacité.
Grâce aux économies engendrées par la décision de réaliser l’entretien en interne, la Mairie est en train d’acquérir une balayeuse mécanique, d’un coût de 14 000 €, subventionnée à hauteur de 60 % par l’agence Rhin-Meuse. Cette machine haute performance balaie, désherbe et ramasse en un seul passage ! La mise en service d’Émilie, c’est le nom de la machine, est prévue courant août.
En attendant, nous remercions par avance tous les habitants pour leur compréhension et leur implication dans cette démarche collective de préservation de l’environnement, et plus particulièrement ceux qui entretiennent les abords des tombes dans les cimetières et les trottoirs devant leur propriété.

Combien de libellules pour la Commune de La Broque ?

Réponse dans très peu de temps. Le dossier est en cours de validation. Mais, espérons que le premier label « Commune nature » qui viendra orner d’ici peu les panneaux d’entrée de La Broque, rende fier tous ses habitants.

Aller plus loin :

Vidéos :
> France Inter : Les abeilles sont en train de disparaître : https://www.facebook.com/franceinter/videos/1859561484078963/
> Le Monde : En quoi le glyphosate pose-t-il problème ? https://www.youtube.com/watch?v=cE_IFslpOx8
> Le Monde : Le déclin des abeilles : https://www.youtube.com/watch?v=453zpj3nDIU
> Greenpeace : https://www.youtube.com/watch?v=zaE7XIlZ2Ao

Article :
> Eau-Rhin-Meuse : http://www.eau-rhin-meuse.fr/zero_pesticide